Vietnam – Visite de la région nord

Visite de la région nord (lundi 21 mars – vendredi 13 mai 2016)

Ninh Binh

Ninh Binh est à 557 km au nord de Hue, légèrement à l’intérieur des terres. Cette ville sert surtout de point de chute pour aller visiter les environs, car la ville en elle-même n’a pas de grand intérêt sauf la magnifique église catholique qui est ouverte seulement pendant les offices, c’est-à-dire de 4h30 à 5h30 et peut-être le soir si les fidèles viennent y prier, sachant que la messe est à 5h et les laudes avant sauf le dimanche. Donc amis voyageurs lorsque vous débarquez du bus de nuit avant 5h, n’hésitez pas à visiter l’église plutôt que d’attendre à ne rien faire dans les hôtels à proximité.

Ninh Hai (Tam Coc)

Ninh Hai se situe à 6 km à l’ouest de Ninh Binh, on appelle ce coin la baie d’Halong terrestre, car le paysage a comme un air de ressemblance avec la baie d’Ha Long : des rochers karstiques (ou pains de sucre) qui émergent du sol dans un paysage plat, non pas en pleine mer, mais dans les terres. Le paysage est tout simplement magnifique, très verdoyant avec des rizières et de l’eau partout. Au milieu de tout cela, des minorités ethniques vivent de l’agriculture et du tourisme.

Le site n’est pas trop envahi par les touristes, la plupart venant ici pour une journée en faisant un aller-retour depuis Hanoi (à 100 km au nord). Outre les paysages, c’est surtout l’occasion de découvrir d’anciens temples bouddhistes, de faire un tour en barque sur les rivières ou bien de se promener dans les environs en vélo ou en motorbike.

Personnellement, j’ai loué une motorbike pour pouvoir tout visiter dans la même journée ainsi que du côté de Trang An ; cela m’a surtout permit d’élargir la visite dans les environs, de prendre des petits chemins là ou peu de personnes vont et de traverser des hameaux. Dans un hameau, j’ai été ainsi invité par un homme âgé, un ancien militaire de la guerre du Vietnam, à venir boire du thé de lotus chez lui. La conversation été quasi nulle, car je ne parle pas vietnamien, mais qu’importe il était content de m’inviter chez lui et moi aussi ! Sinon, c’est possible aussi de s’offrir une ballade en barque et de se laisser conduire par les femmes qui rament avec les pieds (véridique) et de visiter des grottes uniquement accessibles en barques.

J’ai visité les 2 temples bouddhistes Den Thai Vi et Bich Dong, mais j’ai évité les entrées payantes à savoir : le parc aux oiseaux et les ballades en barques.

Trang An

Trang An (Hoa Lu)

A 5-8 km au nord de Ninh Hai, toujours à l’ouest de Ninh Binh, c’est un autre bout de la baie d’Ha Long terrestre que j’ai découvert sur le territoire d’une des anciennes capitales du Vietnam : Hoa Lu (968-1010). Le village en lui-même n’a plus aucun intérêt, et l’endroit et moins « naturel » que Tam Coc car tout est fait pour développer le tourisme : routes neuves, des boutiques à touristes, parking payant… et les relations avec les locaux se limitent à alléger votre portefeuille. Par contre, pour visiter les nombreux temples bouddhistes disséminés un peu partout, la motorbike est plus que recommandé.

J’ai visités les temples King Dinh et King Le, mais je n’ai pas fait le tour en barque ni visité le temple de Chua Bai Dinh.

Phat Diem

Phat Diem est située à 26 km au sud de Ninh Binh, cette ville est assez connue pour la cathédrale catholique qui s’y trouve, c’est donc tout naturellement que je suis allé visiter ce lieu. La cathédrale a été construite en 1891 en pierre de taille pour les murs extérieurs dans un style gothique et en bois pour l’intérieur, dans un style sino-vietnamien. La longueur est de 74 mètres pour une largeur de 21 mètres, c’est une des églises les plus imposantes du pays. Si vous regardez les photos, vous ne verrez pas grand-chose de l’intérieur, car les lumières ne restent pas allumés, ce qui est bien dommage pour apprécier l’architecture intérieure. Tout autour de la cathédrale, des chapelles ont été construites dans le même style, mais elles ne sont pas visitables sauf celle du Sacré-Cœur où a lieu l’adoration perpétuelle.

Ha Noi

Ha Noi

Ha Noi est la capitale du Vietnam, située à ~1700 km d’Ho Chi Minh City et à ~175 km de la Chine. Comparée à Ho Chi Minh City, c’est une ville aussi moderne, mais plus agréable : la superficie est plus importante, mais il y a un peu moins d’habitants (~7,6 millions) ; la circulation est moins importante, les rues sont moins larges et il y a le vieux quartier qui permet de se promener au milieu d’anciennes maisons. Le Vietnam ayant été colonisé par la France, il reste encore beaucoup de marques occidentales telles que les architectures des bâtiments administratifs et religieux. Contrairement au Cambodge où les marques françaises disparaissent avec le temps, ici tout est bien mis en valeur, et lorsque l’on visite un musée, il y a les explication en français.

A Ha Noi, se trouve une communauté francophone que j’ai un peu rencontrée lors des messes des dimanches en français. Mais, chacun étant très occupé à vaquer à ses affaires, l’accueil des nouveaux est quasi-inexistant. Bref, un Français qui débarque à Hanoi doit se prendre en charge et aille de lui-même à la rencontre des autres. En France, on est normalement sensibilisé à l’accueil des nouveaux dans une église mais au Vietnam cela ne fait pas vraiment partie de la culture, le prêtre ne va presque jamais à la rencontre des fidèles. Par contre, si vous allez à la rencontre des prêtres et des fidèles, ils seront vraiment heureux de discuter avec vous, d’autant que plusieurs prêtres parlent bien le français.

En venant au Vietnam, j’avais aussi dans l’idée d’aller sur les lieux où a vécu Marcel Van (1928-1959). Pour avoir les informations, j’ai donc rencontré le supérieur de la communauté des Rédemptoristes de Hanoi, là où a vécu Marcel Van. Si l’on connaît bien la vie de Marcel Van par son autobiographie et ses écrits, le supérieur n’a pas su me dire (ou ne voulait pas me dire) où se trouvait sa maison natale de Bac Ninh (à 40 km d’Ha Noi). La maison de la communauté où il a vécu est devenu un hôpital, et si vous désirez vous recueillir sur sa tombe, ce n’est pas possible, car elle quelque part enfouie au fond d’un grand lac artificiel à 15 km de Yen Bai (~150 km d’Hanoi). Yen Bai est le lieu où Marcel Van a péri dans un camp d’internement géré par les communistes. Un procès en béatification est ouvert depuis plusieurs années, mais il n’avance pas pour des raisons politiques…

Je suis resté l’équivalent d’un mois dans cette ville. En fait, je m’attendais à avoir de temps en temps du soleil, mais en réalité le soleil est plutôt rare et le ciel est plutôt très nuageux, quand il n’est pas gris. Je ne m’attendais pas à ce que cela dure aussi longtemps. Plutôt que de voyager sans réellement profiter des paysages, j’ai préféré me poser dans l’hôtel le moins cher que j’ai pu trouver, et j’ai dormi dans un dortoir (ce n’est pas l’idéal, mais l’écart de prix est trop important avec une chambre individuelle). A défaut de bien rencontrer les fidèles chrétiens (et je ne me voyais pas demander l’hospitalité dans une communauté), j’ai en bien profité pour rencontrer des étrangers de toutes nationalités.

Lorsque les étrangers viennent à Ha Noi, c’est surtout pour se préparer à aller à 2 endroits à touristes : Sa Pa et la baie d’Ha Long. C’est assez impressionnant, de voir tout ce monde aller à ces 2 endroits, comme attiré par un aimant, à croire qu’ils n’y a rien d’autre à voir dans le nord du Vietnam. Et comme, les étrangers ont trop peu de temps pour organiser les choses par eux-mêmes, les tour-opérateurs se font un super business : la concurrence est très rude et les arnaques fréquentes. Quasiment tous les étrangers partent pour 2-3 jours et la plupart reviennent un peu déçu à cause des soucis rencontrés dans l’organisation (souvent non respect du programme) ; en tout cas je n’ai jamais entendu quelqu’un me dire qu’il était super content, qu’il recommanderait ce qu’il a fait et qu’il y retournerait une seconde fois. En fait, presque tout le monde veut ne pas payer trop cher, mais avec un prix trop réduit, les organisateurs se fichent du client pourvu qu’ils gagnent de l’argent. A contrario, ceux qui ont choisis de payer plus, ont eu une belle expérience de ce qu’ils ont fait, mais ce n’est pas pour autant qu’ils y retourneront. Tout le monde est au courant des arnaques, mais presque personne ne prend les moyens pour les éviter…

Me concernant, au lieu d’aller à Sa Pa et à la baie d’Ha Long, je suis allé à dans la province d’Ha Giang (extrême nord du Vietnam) et à la baie de Tu Long (au nord de la baie d’Ha Long). En ayant un peu de temps devant moi, j’ai récolté des informations et des témoignages ; ce qui m’a permis de bien discerner pour prendre une décision en accord avec moi-même. Donc non, je n’ai pas visité la baie d’Ha Long car personne ne m’a encouragé à y aller (compte tenu de ce que j’ai dis auparavant), pas même les 3 agences de voyages que j’ai rencontré, qui ont une préférence pour la baie de Tu Long… Retrouvez dans cet article, toutes les informations pour faire le même trajet que moi.

Les lieux visités

  • Museum of Ethnology : c’est pour moi le musée à visiter absolument, car il présente les différentes tribus qui vivent dans le pays en détaillant un peu leurs modes de vie. C’est très bien présenté et ça aide vraiment à mieux comprendre la vie des minorités ethniques à la campagne ;
  • Saint Joseph Cathedral : la cathédrale catholique été construite par les Français en 1886 avec un petit air de ressemblance avec la cathédrale Notre-Dame de Paris. 2 messes par jour en semaine et 7 le dimanche (dont une en français) et les fidèles viennent nombreux ;
  • Hoa Lo Prison : ou maison centrale. C’est une prison construite par les Français durant la colonisation du pays, pour enfermer les prisonniers politiques. Après la partition en 1954, lorsque le régime communiste du nord a pris le pouvoir, la prison a servi de centre de rééducation pour la doctrine révolutionnaire. Pendant la guerre du Vietnam, les soldats des Etats-Unis furent emprisonnés en ce lieu ; sachant que d’anciens prisonniers vietnamiens ont pris du grade et son devenus les gardiens à leur tour. Aujourd’hui, la prison (réduite à quelques pièces) est devenu un musée, où l’on découvre la vie des prisonniers présentés de cette manière : les colonisateurs ont détenus les prisonniers Vietnamiens dans des conditions épouvantables (comme dans un camp de concentration), par contre lorsque les ennemis du pays furent capturés durant la guerre du Vietnam par le régime communiste, ceux-ci ont été très bien traités comme des amis, montrant que les Vietnamiens ne sont pas rancuniers…
  • Police Museum : juste à côté de l’ancienne prison, ce musée tout neuf présente l’histoire de la police du XIXème siècle jusqu’à aujourd’hui. On y trouve un peu d’histoire, beaucoup d’objets (utile pour comprendre les différentes couleurs des uniformes) et surtout l’efficacité des policiers en présentant les dernières arrestations et les derniers produits contrefaits saisis. Bref, la police est super efficace, elle contrôle tout et elle est au service de la population. Bizarrement, rien n’est dit sur les travers qu’elle a pu commettre, ni sur ses inactions dans certains domaines ; à croire qu’elle est irréprochable. Le bonus : l’entrée est gratuite.

Les lieux non visités

  • Literature Temple : c’est un temple dédié à Confucius, qui n’a pas été construit dans un but religieux mais comme une académie pour enseigner l’enseignement de Confucius ;
  • Les jardins du palais présidentiel;
  • Ho Chi Minh mausoleum : il s’agit d’un énorme cube en granit au milieu d’une immense place, où repose le corps d’Ho Chi Minh. Le mausolée est gardé en permanence par une garde d’honneur militaire, et les visites sont limitées. Ho Chi Minh avait demandé qu’à sa mort, il ne soit pas vénéré, voulant rester un simple homme comme tous les autres. Mais le gouvernement n’a pas respecté sa volonté, il en a fait le père du pays, en le mettant à l’honneur partout (billets de banque, ville à son nom…) ;
  • Ho Chi Minh Museum: fermé au moment où je suis passé, c’est un musée à la gloire du père de la nation et un des plus gros du Vietnam.
  • Den Ngoc Son Temple: temple bouddhiste qui se situe sur le lac Ho Hoan Kiem au centre d’Hanoi. Entrée payante.

Quan Lan Island

Tu Long Bay – Quan Lan Island

La baie d’Ha Long (à 165 km d’Ha Noi) est mondialement connue, c’est une des destinations phare du Vietnam, classée comme héritage naturel mondial de l’UNESCO. Mais c’est aussi là que vont presque tous les touristes. De mon côté, j’ai préféré visiter la baie de Tu Long qui se trouve à une trentaine de kilomètres au nord de la baie d’Ha Long. Le tourisme se développe lentement, très peu de tour-opérateurs proposent pour le moment cette destination. Le paysage ressemble à la baie d’Ha Long (que j’ai vu plusieurs fois en vidéo), à savoir des rochers karstiques plantés au milieu de la mer mais sans les grottes et surtout avec moins d’ilots.

Contrairement à la baie d’Ha Long, la baie de Tu Long peut être traversée par des bateaux de transport, pour se rendre de la côte sur une île ; je suis donc allé sur l’île de Quan Lan à une trentaine de kilomètres de la côte. Cette île est longue de 20 km, large en moyenne de 1,5 km (4 km au point le plus large), il y a 2 villages, des plages de sable blanc et des habitants qui ne parlent presque pas anglais. J’y suis allé une première fois juste après Pâques sous un ciel gris en basse saison (j’étais le seul étranger), puis une deuxième fois un mois plus tard en haute saison, en faisant confiance aux météos qui promettaient du soleil. Finalement, c’était aussi sous un ciel bien couvert, mais moins gris que la première fois, que j’ai repris des photos.

Le tourisme se développant à peine, ici pas de mauvaises surprises, car tout le monde paye le même prix et les habitants ne vivant pas vraiment du tourisme, sont heureux de venir discuter avec vous gratuitement même s’ils ne parlent presque pas anglais. J’ai parcouru l’île dans tous les sens en vélo et pu découvrir la variété de paysage qui s’offrait à moi, des femmes qui creusaient le sol à marée basse pour récupérer divers coquillages et crustacés et des pêcheurs sur leurs bateaux. Si le nord de l’île est relativement plat, la pointe sud est assez collineuse et très verdoyante. Et à l’extrême sud de l’île, en basse saison, il y a tout un élevage de crustacés et une famille qui m’a invité à boire un verre (non alcoolisé) pour accueillir le rare étranger qui vient en ces lieux.

Sa Phin

Dong Van et les environs (1300m – 1450m)

Pour aller à la découverte des minorités ethniques dans les montagnes du nord du Vietnam, il y a Sa Pa et les villages des environs (côté Laos) ou bien la province d’Ha Giang (côté Chine), nettement moins fréquentée par les touristes. C’est donc cette dernière que j’ai choisi, malgré plus de 400 km parcouru et plus de 14h de bus de nuit et de jour depuis Ha Noi, pour aller au fin fond de la province à la pointe nord du Vietnam au ras de la frontière chinoise. En venant dans cette contrée reculée j’avais pour objectif de découvrir un peu mieux les minorités ethniques sur leurs lieux de vie dans un cadre bien spécial que sont les montagnes (les minorités ethniques sont présentes partout au Vietnam) et avec un ciel bien bleu (peu fréquent à ce moment), j’ai pu certainement prendre les plus belles photos de tout mon séjour au Vietnam.

Ici l’altitude varie de 1300m à 1450m, sachant que l’on passe son temps à monter et descendre des dénivelés de 100m à 10%, même sur de courtes distances. Le paysage est assez varié allant de la végétation verdoyante à de la roche karstique à perte de vue. J’ai donc traversé quelques hameaux, croisés des habitants dont beaucoup d’enfants et pu découvrir un peu leur milieu de vie.

Au Vietnam, il y a 54 minorités ethniques ; celles qui vivent ici sont principalement les Hmong, les Tay, les Dao, les Lolo…, mais ne connaissant pas le code des tenues vestimentaires (très important), je n’ai pas su à quelles ethnies appartenaient tous ceux que j’ai croisé. J’ai été très impressionné par la qualité et la beauté des vêtements surtout porté par les femmes, qui sont toujours très coloré et qui sont porté en tout temps même lorsqu’il fait chaud ; les hommes travaillent plus avec des habits classiques. Je m’attendais à voir des maisons typique du coin comme ceux que j’ai vu à l’ethnology museum de Ha Noi (en bois), mais à 3 exceptions près, je n’ai vu que des maisons en parpaings, en brique, en béton avec un toit en tôle.

Les ethnies vivent avec le temps présent : ils circulent en moto, ont tous des téléphones portables, un réseau mobile 3G, profitent un peu du tourisme… ; bref ils participent et profitent de la vie du pays comme tout le monde. La seule différence avec nous occidentaux d’aujourd’hui, et qui est de loin pour moi la plus précieuse et la plus importante : ils préservent comme la prunelle de leurs yeux leur identité, leur croyance et leur culture, qui est transmise aux générations suivantes. Vous ne verrez que peu de photos des ethnies, car je sentais qu’ils n’appréciaient pas trop que je les prenne en photos : les femmes se cachaient souvent le visage ou me tournaient le dos dès qu’elles me voyaient de loin…

Dong Van et Meo Vac sont les 2 villages distants de 20 km, qui permettent aux visiteurs de se poser dans la région. Les villages n’ont aucun intérêt particulier (constructions modernes) sauf les dimanches, où tout le monde vient faire son marché.

Le circuit Dong Van – Cung Lu – Dinh Vua Meo – Dong Van

C’est un circuit de 70 km, que j’ai fais un peu rapidement en 4h30. Je m’attendais à monter progressivement pour atteindre Cung Lu, mais en fait la route monte et descend pour arriver presque à la même altitude.

  • Cung Lu : situé à 1400 m, se trouve dans ce village un mont sur lequel a été construite une tour avec le drapeau du pays en 2010, elle représente les 54 ethnies du pays. Le lieu se situe presque au point le plus haut du Vietnam à quelques centaines de mètre de la Chine. Au sommet de la tour, on a une belle vue sur les alentours, sachant que la vue est limitée en partie par les montagnes environnante. La tour est située à 1468,73m ;
  • Dinh Vua Meo (ancien palais de la famille Vuong) : Cette demeure est l’oeuvre d’un certain Vuong Chinh Duc (1865-1947) est né dans une famille Hmong dans le village de Sa Phin. Sa carrière a laissé une empreinte profonde sur l’histoire de Dong Van. C’était un homme qualifié d’intelligent et talentueux. À l’âge de 30 ans, il a été proclamé chef des Hmong de la zone autour de Dong Van et Il a fait sa fortune grâce à la culture et au commerce de l’opium dans la région de Dong Van. Le palais a été construit entre 1919 et 1928, il est composé de 64 pièces et a abrité jusqu’à 100 personne. J’ai récupéré un bout de l’histoire sur le site internet d’un jeune qui a fait la traduction du panneau d’information. Le bâtiment appartenant au gouvernement, les recettes du ticket d’entrée vont donc dans sa poche et non pour aider les ethnies du village.

Dong Van

Le circuit Dong Van – Ha Che – Meo Vac – Ma Pi Leng – Dong Van

C’est un circuit d’une soixantaine de kilomètres, qui permet de traverser de magnifiques paysages en passant des cols qui séparent des vallées. Les 20 premiers kilomètres se fait sur une route très locale, les 20 kilomètres suivant sur une route plus importante avec des voitures et les 20 derniers kilomètres sur la route où circulent de gros véhicules.

  • The Happiness Road (la route du bonheur) : c’est l’actuelle route QL4C de 220 km, qui fait la moitié nord de la province d’Ha Giang, construite après la réunification du pays par les minorités ethniques de 1959 à 1965. La portion de route de 20 km entre Dong Van et Meo Vac a nécessité 1,5 an de travaux dont 11 mois pour le col de Ma Pi Leng situé à mi-chemin.
  • Ma Pi Leng : c’est un col à plus de 1400 m qui offre une vue magnifique sur une vallée en contre bas. C’est la raison principale pour laquelle les visiteurs viennent dans cette région. Le col se situe à mi chemin entre Dong Van et Meo Vac, sur la Happiness Road. S’il est vrai que la vue est magnifique, j’en ai vu d’autres aussi belles sur les circuits que j’ai fais.

Lao Cai – Sa Pa

Lao Cai est la ville frontalière qui permet d’aller en Chine, mais c’est aussi le point de passage pour aller à Sa Pa à 35 km de là. Ayant eu un peu de temps devant moi, je suis donc allé voir dans une journée à quoi ressemble Sa Pa, là où les touristes vont en masse.

Et bien le moindre que je puisse dire, c’est que l’on est harcelé gentiment par les femmes des minorités ethniques, qui vous proposent de faire un circuit à pied dans leur village à quelques kilomètres où bien qui font du forcing pour vendre leur artisanat. En gros, si vous dites non gentiment à une proposition, quelqu’un d’autre viendra vous voir dans la minute qui suit pour vous en faire une autre ; et ainsi de suite jusqu’à fuir la place pour trouver la tranquillité. Cela dit, j’admire ces femmes en costume traditionnel et la façon dont elles s’y prennent pour proposer leur service : de beaux visages souriants qui font craquer plus d’une personne.

Le tourisme étant important, gagner de l’argent est devenu une obsession à tel point qu’il faut payer un ticket d’entrée pour visiter les villages… Mon idée première était de louer une motorbike pour visiter les environs, mais avec un ciel bouché et les femmes qui m’ont « pris la tête », j’ai juste fais quelques kilomètres à pied sur un chemin puis je suis reparti pour Lao Cai assez rapidement. Bref, Sa Pa et le tourisme de masse ne sont pas faits pour moi et j’ai eu raison de visiter plutôt la province d’Ha Giang.

Fin de ma visite au Vietnam

J’ai passé presque 3 mois pour découvrir ce pays et ses habitants. Ce qui m’a le plus marqué, c’est l’importance et la vitalité de l’église catholique dans un pays où la liberté d’expression est contrôlée, et de découvrir un peu la vie des minorités ethniques. Pour moi, c’est un pays assez « classique », dans la mesure où il est relativement bien développé, que je suis content d’avoir découvert, mais… sans plus.

Traversée de la frontière

Je suis sorti du Vietnam à Lao Cai direction Kunming en Chine. La traversée de la frontière se fait sans problème, puisqu’il faut au préalable avoir un visa. Donc, aucun risque de corruption, ça change vraiment des précédents pays.

Voir les photos d’Ha Noi, de la région nord et de Tu Long Bay.

Lire les conseils pour visiter Ha Long Bay et Tu Long Bay.

< Précédent | Suivant >

Tags

2
Poster un Commentaire

avatar
500
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Marcnguyen Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
nguyen
Invité
nguyen

Bonjour,

Pouvez vous m’expliquer comment vous êtes arrivés à Tu Long Bay – Quan Lan Island?
un bus local puis le bateau?

ça me plaît bien comme lieu de découverte.