Chine – Visite du Chongqing, du Guangxi et du Guangdong

Visite du Chongqing (jeudi 16- juin – dimanche 19 juin 2016)

Après plus de 19h heures de train et 1200 kilomètres parcouru depuis Pingyao, je suis arrivé à Yichang dans la province du Hubei. Pour les plus attentifs d’entre vous, vous avez du noter que j’ai pris plusieurs fois le train couchettes sur de grandes distances. Sachez que je ne me suis jamais ennuyé et que la Chine offre vraiment de beaux paysages variés. Je me suis arrêté à Yichang juste pour une nuit et pour glaner les informations pour une croisière sur le fleuve Yangtze.

Croisière sur le fleuve Yangtze, du barrage des 3 Gorges à Fengjie

C’est une croisière dont j’en ai entendu parler plusieurs fois et ce depuis le Vietnam, que l’on m’avait conseillé pour la beauté de ses paysages et des 3 gorges que le fleuve traverse entre Chongqing et Yichang. Avant tout, quelques mots sur le fleuve et le barrage.

  • Le fleuve Yangtze (en Français : Yangzi Jiang ou le fleuve Bleu) : c’est le fleuve le plus long d’Asie (~6300 km) et le 3ème plus long au monde (après l’Amazone et le Nil). Il prend sa source à 6621 m à Geladaindong (province du Qinghai près du Tibet) pour finir dans la mer de Chine orientale près de Shanghai. Le fleuve à plusieurs noms, il ne s’appelle Yangtze que depuis Yibin, à 280 km avant la ville de Chongqing. Il alimente en eau 40 % du territoire chinois et 70 % pour la production rizicole. Sa particularité : il ne traverse que la Chine ;
  • Le barrage des 3 Gorges : c’est le plus grand barrage et la plus grande centrale hydroélectrique du monde, situé juste après une succession de 3 gorges (Qutang Gorge, Wu Gorge et Xling Gorge), qui s’étend de Fengjie à Yichang (province du Hubei) sur 192 km. Si l’idée de la construction remonte à plus de 70 ans, il a été voté officiellement en 1992 et les travaux ont débuté en 1994. La centrale a été mise partiellement en service en 2003, puis complètement finie en 2009. Au final, ce projet très controversé, aura coûté plus de 25 milliards de dollars, déplacés plus de 1,8 millions de personnes, englouti 15 villes et 116 villages. Normalement, la centrale est censée fournir 10 % de la consommation électrique en Chine, mais elle n’en produit qu’un tiers. La longueur du barrage est de 2,3 km pour une hauteur de 185 mètres.

Aujourd’hui, te tourisme s’est développé autour du barrage : on peut le voir de loin et visiter un centre culturel qui lui est dédié moyennant l’achat d’un ticket d’entrée (même pour voir le barrage). Sinon, c’est possible de voir le barrage gratuitement côté sud, ou bien en faisant une croisière.

Les croisières : il y en a pour tous les budgets, et un choix impressionnant d’agences de voyages. Il y a le trajet Chongqing – Yichang qui dure 3-5 jours avec des étapes pour les activités (visite des temples, tour en barque…) ou bien le demi-trajet Fengjie-Yichang de 192 km sur une journée. Pour dépenser le moins possible, j’ai opté pour le demi-trajet en allant directement prendre mon ticket à l’office du tourisme du vieux port. Pour 380 yuans, j’ai embarqué à bord d’un luxueux bateau quasiment vide et j’ai pu admirer pendant 10 heures les gorges du fleuve.

Que dire de cette croisière ? Une chose sûre, le paysage (au singulier) est magnifique et assurément ça vaut le coup d’œil. Par contre, c’est quasiment toujours le même paysage sur tout le trajet, si bien que je m’en suis un peu lassé et que j’avais hâte de débarquer. Je pense, que si l’on fait un aller-retour sur 4-5 heures, c’est largement suffisant pour bien profiter du paysage. Si l’on prend les 2 activités proposées sur mon trajet, le prix du billet double au minimum… pour pas grand-chose (1 heure sur place par activité).

J’ai passé la nuit à Fengjie ; puis le lendemain, j’ai pris le bus pour Chongqing.

Ciqikou

Chongqing et Cikiqou

La province et la capitale de la province ont le même nom ! Chongqing est situé sur le fleuve Yangtze, c’est une ville moderne, comme toutes les autres villes. La seule chose intéressante, est le musée gratuit des 3 Gorges, qui présente l’histoire de ce barrage ; mais pas que. En fait, il n’y a qu’une pièce du musée qui présente succinctement l’histoire du barrage, les autres pièces présentent la province et diverses collections d’objets.

A 13 km au nord-ouest de Chongqing, se trouve un ancien village qui a été construit durant le règne de l’empereur Zhenzong of Song (998-1004), c’était un port important la dynastie Qing. Aujourd’hui les anciennes rues sont commerçantes et profiter de l’architecture des lieux est difficile à cause des touristes qui viennent en masse ici. Toutefois, Cikiqou permet de faire une bonne ballade en dehors de la capitale.

Visite du Guangxi (lundi 20 juin – vendredi 24 juin 2016)

Après 24 h de train (au lieu de 19 h) et parcouru 1250 km (c’est grand la Chine n’est-ce pas ?), j’ai débarqué à Guilin pour une nuit. Ensuite, direction Yangshuo à 70 km plus au sud. Si dans Guilin, il n’y a rien de particulier à visiter, Yangshuo attire les foules et certains chinois en profitent pour arnaquer les touristes. Il y a des bus qui font la liaison Guilin-Yangshuo toutes les 10 minutes, en partant de la station routière près de la station de train Guilin (centrale).

Lorsque j’allais à la station routière, un homme s’est d’office proposé d’être mon guide et m’a fait monter dans le premier bus qui allait à Yangshuo. Prix du ticket de bus : 30 yuans. Le fait qu’il prenait le bus lui aussi, me paraissait suspect, car initialement il allait dans la direction opposée à la station routière. Je lui ai posé des questions pour savoir qui il était et il ne m’a jamais répondu. J’ai demandé à voir le contrôleur officiel, mais il insistait pour que je lui donne l’argent. Une fois que le bus a commencé à partir, je ne me sentais vraiment pas à l’aise, j’ai fais arrêter le bus et je suis descendu. 3 minutes après, un autre bus passe et le prix du ticket est de 25 yuans. J’ai refusé toutes les propositions suivantes car tout ce cirque me prenait la tête. Revenu à la station routière, j’ai demandé conseil à une jeune fille qui me disait que le prix est de 20 yuans (comme mentionné dans mon guide touristique). De là, je suis monté librement dans un bus en payant le tarif normal.

Yangshuo

Yangshuo

Mais qu’il y a-t-il de si extraordinaire pour que ce lieu soit si touristique ? A cause des magnifiques paysages karstiques, qui m’ont rappelé ceux que j’ai vus à Tam Coc au Vietnam. La ville en elle-même n’a aucun intérêt, mais sa configuration est originale, car elle s’agrandie entre les roches karstiques. Donc pour admirer la ville de haut, il suffit juste de monter presque à la verticale sur des roches alentours pour bénéficier d’une vue spectaculaire des alentours (c’est gratuit).

En fait, dans toute la province du Guangxi on peut voir des roches karstiques parsemées un peu partout. L’avantage de Yangshuo est qu’il y a une forte concentration de roches dans une zone assez restreinte, qui vous offre des paysages somptueux. Pour se déplacer pas cher et librement, le vélo (ou le scooter électrique) s’impose et on en trouve à tous les coins de rues en location. Sur 2 jours, j’ai effectué 2 grands circuits (27 km et 30 km) d’une facilité déconcertante et sans me fatiguer. Les routes sont plates et on avance vite ; c’est impressionnant de faire autant de kilomètres si facilement.

Si les villages n’ont aucun intérêt, les habitants du coin profitent à fond du tourisme en vous proposant de faire un tour en barque en bambou sur la rivière voisine, payer pour visiter des temples, des grottes et même un vieux banyan tree multiséculaire…

Je suis resté 3 nuits sur place, et j’ai profité du très beau temps qui m’a été donné, sachant que c’était normalement la saison des pluies. Pour repartir, j’ai utilisé le nouveau moyen de transport fraichement mis en service : le TGV chinois qui s’arrête à la toute nouvelle gare de train nommée Yangshuo ; située à… 30 km de Yangshuo dans le minuscule village de Xingping.

Visite du Guangdong (vendredi 24 juin – dimanche 26 juin 2016)

Guangzhou

Guangzhou

2h20 de train et 416 km plus au sud de Yangshuo, me voici arrivé à Guangzhou, la capitale de la province et la ville la plus importante du sud de la Chine. C’est un lieu stratégique pour les transports, car de là on peut aller dans toute la Chine. Par ex. : Guangzhou-Beijing à 2150 km au nord-est, c’est 8h30-11H en TGV (862 yuans en 2nde classe) et 21h20 en train couchettes (481 yuans en hard sleeper).

Si je me suis arrêté là, c’est juste pour des questions de facilité pour sortir de Chine et pour avoir la messe. La ville est assez bien conçue, il y a souvent des embouteillages sur les routes, mais les 10 lignes de métro (jusque là 5 a toujours été le maximum), permettent de se déplacer assez rapidement. De plus, il est possible de se déplacer en bateau sur le fleuve qui traverse la ville.

Lieux visités

  • Five Immortals Taoist Temple : magnifique temple à visiter, l’entrée est gratuite. Ici serait venu au 9ème avant siècle Jésus-Christ, 5 immortels avec du riz qu’ils ont distribués aux habitants du lieu avant de repartir au ciel. Les empreintes de pied sont encore visible aujourd’hui ;
  • Sacred Heart Catholic Cathedral : c’est une belle cathédrale de style gothique fondée en 1863, achevée en 1888, qui accueille chaque jour beaucoup de monde. Le hic : les portes ferment à 17 h, ce qui est un peu tôt ;
  • Shamian Island : minuscule ile au sud de Guangzhou, quasiment réservée aux piétons qui offre un vrai coin paisible pour se reposer loin de la circulation. A visiter : une église catholique et une chapelle protestante.

Foshan

Foshan est situé à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Guangzhou. Cette ville est très connue pour ses écoles d’arts martiaux d’où sont originaires quelques grands maitres tel que Ip Man et Huang Feihong. Si Huang Feihong ne vous dit probablement rien, Ip Man (1893 – 1972) est d’avantage connu pour avoir enseigné et développé le wing chung. Cette technique est connue et pratiquée aujourd’hui dans différents pays ; Bruce Lee (originaire des Etats-Unis) a été un de ses élèves. Ip Man est décédé à Hong Kong d’un cancer de la gorge, certainement à cause de sa consommation régulière d’opium. 4 films retracent sa vie (Ip Man 1, 2, 3 et sur son enfance). Pour les curieux, regardez au moins Ip Man 1, qui vous permettra de découvrir la bonté de cet homme et vous plongera dans la culture chinoise.

C’est pour découvrir un peu mieux la vie d’Ip Man que je suis venu rapidement à Foshan, en visitant le petit musée qui lui est dédié : Ip Man Tong. Juste à côté, se trouve le Memorial Hall dédié à Huan Feihong ainsi qu’un temple taoiste (un seul ticket pour les 3 lieux).

Fin de ma visite en Chine

Cela a fait 1,5 mois que j’ai parcouru un bout de la Chine. Lorsque je suis arrivé en Chine, je ne savais pas trop quoi visiter, ni comment j’allais organiser mon trajet ; surtout avec la durée d’un visa touriste beaucoup trop courte pour un si grand pays. En fait, les choses se sont faites assez naturellement en prenant en compte ces 2 points :

  • La modernisation : tout se modernise à grande vitesse et tout commence à se ressembler : villes modernes, infrastructures modernes…, vie qui ressemble étrangement à celle des pays développés. En visitant une ville, c’est presque comme si je connaissais toutes les autres de taille comparable. Ce qui change beaucoup, ce sont les paysages en campagne ;
  • Le tourisme : visiter quelque chose d’intéressant et de culturel coûte (trop) cher en Chine, comparé au niveau de vie pour vivre. Monter sur une belle montagne, avoir une vue spectaculaire sur la nature, coûte beaucoup plus cher que de voir une création faite de main d’homme ; alors que l’homme n’a rien fait pour créer la nature (remarque, cela montre que la création de Dieu est plus belle que celle de l’homme). Bref, tout est prétexte pour dépenser un maximum d’argent, je dirais même que c’est devenu une obsession.

En tenant compte des points ci-dessus et de l’objectif de mon voyage, je n’ai pas visité les lieux payants à 5 exceptions près, et lorsque j’ai traversé une ville de ne pas trop m’y attarder. En fait, j’ai beaucoup aimé mon séjour imprévu de 15 jours dans les montagnes du Sichuan ainsi qu’à Qikou dans la province du Shanxi. J’aurais aimé visiter les lieux sacrés comme je l’avais fait en Inde, mais comme tout est payant je n’ai donc presque rien visité.

Si découvrir l’âme du pays dans une zone urbanisée est très difficile, c’est beaucoup plus facile en campagne et hors des lieux touristiques. Cela dit, il faut faire vite, car le tourisme de masse se répand partout et commence à arriver dans les contrées reculées…

Je reviendrais avec un grand plaisir en Chine, car je voudrais y passer un plus de temps. Maintenant que je connais un peu le pays, ma prochaine visite devrait être plus qualitative.

Traversée de la Frontière

J’ai pris le train à grande vitesse à Guangzhou pour atteindre la frontière à Shenzhen pour aller à Hong Kong. Si entrer dans le pays prend du temps (surtout lorsque l’officier d’immigration a scruté de près toutes les pages de mon passeport), la sortie du pays se fait assez rapidement. Le parcours est assez original : à la sortie du train, on suit le panneau Hong Kong, et on traverse de très longs couloirs remplis de commerces pour arriver dans un bâtiment. On monte au 2ème étage (ne pas se tromper d’étage), on marche encore un peu pour arriver dans une grande pièce : c’est le poste d’immigration.

Une fois passé, on reprend des couloirs, on traverse une passerelle qui enjambe un cours d’eau et une enceinte avec des barbelés : bienvenue à Hong Kong. Ensuite, on reprend des couloirs et on arrive au poste d’immigration. 30 secondes plus tard, on reprend encore des couloirs pour enfin arriver au métro qui me conduira dans la ville.

Voir les photos du Chongqing, du Guangxi et du Guangdong.

< Précédent | Suivant >

 

Tags

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
500
  Subscribe  
Me notifier des