Vietnam – Visite de la région sud

Bienvenue au Vietnam

Après le Cambodge, me voici à la découverte d’un autre pays bien différent : je passe d’un pays pauvre, très corrompu et laxiste à un pays beaucoup plus riche, bien développé où tout est sous contrôle… Rien qu’en traversant la frontière j’ai senti la différence. Pour ceux qui connaissent la Thaïlande, le Vietnam est du même niveau de vie et à des ressemblances dans le mode de gouvernement : la censure de la liberté d’expression et les policiers & militaires qui gèrent la vie quotidienne du pays.

Tout comme le Cambodge, la France a joué un rôle important dans l’histoire du pays, qu’il est bon de connaître un minimum, d’autant que l’histoire du Vietnam est compliquée (c’est un peu long, mais difficile de faire plus court). Voici donc quelques dates concernant la colonisation française et la guerre du Vietnam :

  • 1859 : la France s’empare de la Cochinchine (région sud du Vietnam) ;
  • 1874 : protectorat français sur l’Annam (région centre) ;
  • 1883-1885 : guerre du Tonkin (région nord). Par le traité de Tianjin, la Chine reconnaît le protectorat français sur le Vietnam ;
  • 1887 : la France crée l’Union indochinoise, qui comprend les protectorats du Cambodge, de la Cochinchine, de l’Annam et du Tonkin, auxquels s’ajoutera le Laos en 1893 ;
  • 1885-1896 : soulèvement nationaliste ;
  • 1930 : fondation du Parti communiste indochinois sous la direction de Ho Chi Minh;
  • 1940 : entrée des troupes japonaises dans plusieurs secteurs stratégiques du pays ;
  • 1941 : fondation de la ligue de l’indépendance du Vietnam (Viet-minh) qui milite pour l’indépendance du pays, soutenue par Ho Chi Minh ;
  • Mars 1945 : les Japonais mettent fin à l’autorité française. Insurrection générale ;
  • 2 septembre 1945 : déclaration d’indépendance par Ho Chi Minh, à Hanoi ;
  • 1946-1954 : guerre d’Indochine entre le Viet-minh et les Français ;
  • 7 mai 1954 : chute de Dien Bien Phu, les Français sont battus ;
  • 20 juillet 1954 : accords de Genève sur la partition du Vietnam. Instauration de la République démocratique du Vietnam au nord, dirigée par Ho Chi Minh, et de la République du Vietnam au sud, soutenue par les Américains et proclamé par Ngo Dinh Diem en août 1955 ;
  • 1956 : départ des dernières troupes françaises du Vietnam. Le référendum prévu par les accords de Genève sur la réunification du Vietnam n’a pas eu lieu ;
  • 1960 : création du Front national de libération du sud Vietnam (Viet-cong) contre la dictature de Ngo Dinh Diem. Le Viet-Cong situé dans le Vietnam sud, soutient le parti communiste du Vietnam du nord ;
  • Mai 1961 : afin de contrer l’expansion du communisme, opérations de sabotage et de renseignement dans le Vietnam du nord par les Etats-Unis ;
  • 1963-1975 : guerre du Vietnam entre le Vietnam du nord (soutenu par la Chine, l’URSS et le Viet-cong) et le Vietnam du sud (soutenu par les Etats-Unis, l’Australie, la Corée du sud, La Thaïlande et les Philippines) ;
  • 2 septembre 1969 : mort d’Ho Chi Minh ;
  • 27 janvier 1973 : accords de Paris, qui marquent le retrait des Etats-Unis ;
  • 30 avril 1975 : les troupes du Vietnam du nord entrent dans Saigon, la capitale du Vietnam du sud. Saigon est rebaptisée Ho Chi Minh City ;
  • 2 juillet 1976 : réunification du Vietnam : naissance de la République socialiste du Vietnam ;
  • 1976 : les partis politiques sont interdits (sauf le parti communiste), rééducation des Vietnamiens de l’ancien régime y compris le Viet-cong et exode massive de la population (dès 1975) par mer avec des moyens de fortune (boat people) ;
  • 1978 : dégradation des relations avec le Cambodge (soutenue par la Chine) qui menace d’expulser les réfugiés Vietnamiens (qui ont fuit le régime communiste du Vietnam). L’armée vietnamienne envahi le Cambodge à Noël, épaulé par l’URSS ;
  • 7 janvier 1979 : l’armée vietnamienne fait tomber la dictature Khmer rouge de Pol Pot en prenant possession de Phnom Penh ;
  • 1989 : retrait des dernières troupes vietnamiennes du Cambodge.

Contrairement au Cambodge où quasiment tous les monuments (sauf les temples khmers) et les lieux religieux ont été détruits, au Vietnam beaucoup de choses ont survécu aux guerres et l’on retrouve donc de belles architectures occidentales sur des bâtiments. De même, j’ai été assez surpris de voir beaucoup de traduction dans les musées en Français. Par contre si des religieux parlent le français (appris durant les études), ce n’est plus le cas de la population vietnamienne.

Le pays de ~90 millions d’habitants, est actuellement gouverné par un trinôme : le président, le premier ministre et le chef du parti communiste, sachant que toute la vie quotidienne du pays est contrôlé par le parti communiste.

Les religions : bouddhisme (principalement mahayana) imprégné de confucianisme et de taoïsme  75 %, christianisme 8 % (dont 7 % de catholiques), caodaïsme 2 %, islam 0,1 %. A tout cela, s’ajoute aussi le culte des ancêtres. Dans un pays où la liberté d’expression est très contrôlée, j’ai été très surpris de voir des fidèles participer activement et publiquement à leurs croyances. L’église catholique est incroyable : les églises assez imposantes se remplissent facilement, les messes sont toujours chantées par le prêtre, il y a toujours une belle chorale, et les fidèles prient avant et après la messe. Le rosaire est toujours chanté avec un rythme soutenu. Vu de l’extérieur, c’est très beau de voir cela ; vu de l’intérieur, le combat est rude et les pasteurs se doivent de montrer l’exemple, sinon les fidèles risquent de ne plus suivre et de retomber dans les croyances locales encore bien présente dans les familles (le chant et la psalmodie aide à se concentrer).

Ho Chi Minh City

Visite de la région sud (jeudi 18 février – mardi 23 février et du vendredi 4 mars – mardi 8 mars 2016)

Ho Chi Minh City

La ville a été baptisée du nom du célèbre Ho Chi Minh, en hommage à tout ce que cet homme a fait pour le pays. Pour ne pas confondre la ville et l’homme, on ajoute le mot « city » au nom de la ville. Mais me dit-on, les habitants préfèrent l’ancien nom et continuent de l’appeler Saigon. Ho Chi Minh City est une mégapole de 9 millions d’habitants, c’est la capitale économique du pays et donc le coût de la vie est nettement plus élevé que dans tout le reste du pays, spécialement dans le quartier des touristes (Ben Thanh).

Globalement la ville est assez agréable et très bien entretenue avec des espaces verts un peu partout. La circulation est très dense, des centaines de bus, des milliers de voitures et des centaines de milliers de 2 roues envahissent toute la ville. Heureusement, les rues sont larges et arrivent correctement à absorber tout le trafic. Par contre, traverser les rues demande beaucoup d’audace, car même si le feu est vert pour les piétons, quasiment jamais un véhicule ne vous cédera le passage quitte à passer à 10 cm devant vous. Cela dit, c’est moins pire qu’en Inde, car globalement les conducteurs ne roulent pas comme des tarés.

La ville en elle-même n’offre pas beaucoup de choses à visiter : essentiellement des temples et des églises (quasiment toutes catholiques) ; le tout est regroupé dans 2 secteurs, ce qui permet de presque tout faire à pied. Malgré des restrictions dans la liberté d’expression religieuse, le gouvernement a largement compris qu’il valait mieux laisser les lieux de cultes en paix (au moins en ville), car cela permet d’offrir aux visiteurs de belles choses à visiter. Ben oui, si l’on interdit l’accès aux temples et aux églises, il n’y aurait quasiment plus rien à visiter, donc plus de tourisme et donc plus d’argent…

Les lieux visités

Quartier de Ben Thanh

  • Our Lady of Saigon Catholic Cathedral : la cathédrale a été construite par les Français à la fin du XIXème siècle, c’est un des lieux les plus visité de la ville ;
  • Post Office : bâtiment construit par les Français à la fin du XIXème siècle à côté de la cathédrale, c’est maintenant la poste centrale vietnamienne ;
  • Archbishop House Chapel ;
  • Jade Emperor Pagoda : ce temple taoïste et bouddhiste a été construit au XXème siècle par des chinois des provinces du sud de la Chine. Il est vraiment magnifique et c’est toujours remplit de monde ;
  • Saigon Central Mosque ;
  • Da Minh Catholic Church ;
  • Chua Phat Hoc Xa Loi ;
  • Tan Dinh Catholic Church ;
  • Ben Dinh Buddhist Temple ;
  • Reunification Palace : ce palais en béton a été construit entre 1962 et 1966, il remplace d’autre palais plus anciens. Il est baptisé palais de l’Indépendance, pour marquer la fin du colonialisme français en 1954, puis rebaptisé palais de la Réunification à la fin de la guerre du Vietnam en 1975 ; c’est là qu’ont vécu les différends gouverneurs. Le palais est entièrement visitable par les touristes y compris les bunkers sous le palais qui ont servit de quartier général pendant la guerre du Vietnam ;
  • Huyen Si Catholic Church ;
  • Mariamman Hindu Temple.

Le lieu non visité : le musée de la guerre. C’est un musée qui présente toute une collection d’objets utilisés durant la guerre du Vietnam ainsi que les moyens de transports en taille réelle. Je n’ai pas visité ce musée, parce que j’ai lu plusieurs commentaires de visiteurs qui ont trouvé que les choses étaient trop orientées en faveur du pays. Le musée ne présentant pas la guerre du Vietnam d’une façon neutre, j’y vois là de la propagande du parti au pouvoir que je ne cautionne pas.

Le quartier chinois (Cholon)

  • Ba Thien Hau Pagoda ;
  • Chua On Lang Pagoda ;
  • Chua Minh Huong ;
  • Phanxico Xavie Catholic Church ;
  • Giac Lam Pagoda.

Ben Dinh Tunnels

Les tunnels de Cu Chi

Les tunnels se situent à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest d’Ho Chi Minh City. La construction de des galeries souterraines a démarré dès la fin des années 1940 après l’indépendance du Vietnam, et s’est agrandie au fil des années pour atteindre 250 km. C’est carrément une ville sous terre qui a été créée avec tout ce qu’il faut pour tenir face aux ennemis spécialement durant la guerre du Vietnam ; c’était le quartier général des Viet-cong. Les galeries pour passer d’une pièce à l’autre sur 3 étages (3, 6 et 9 mètres de profondeur) font moins d’un mètre de largeur pour une hauteur de 1,2 mètre.  Ces tunnels ne sont jamais tombés entre les mains des ennemis (les Etats-Unis et le gouvernement du Vietnam du sud), qui devant la difficulté pour s’en emparer ont déclaré (les Etats-Unis) cette zone de « tir à volonté » et y ont déversé outre des bombes, toutes sortes d’agents chimiques. Aujourd’hui, il ne reste plus que 120 km entretenu par le gouvernement et les visiteurs ont la possibilité d’en visiter un petit bout à 2 endroits :

  • Les tunnels de Ben Dinh: c’est là que tous les tours opérateurs emmènent les touristes et les tunnels ont été modifiés pour permettre un accès à ceux qui sont un peu corpulent (entendez les occidentaux). Il n’y a pas de bus local pour s’y rendre par soi-même. Bref, ce n’est pas pour moi ;
  • Les tunnels de Den Duoc: ils sont situés à 12 km au nord de ceux de Ben Dinh et sont peu fréquentés par les touristes. De plus, un bus local permet de s’y rendre facilement. Le top. La visite des tunnels se fait obligatoirement avec un guide, qui accompagne les visiteurs dans un sous bois (au temps de la guerre, il n’y avait pas de végétation). La visite commence par un film en noir et blanc qui explique la vie à cette époque-là, puis le guide explique la construction et la vie des hommes dans les tunnels avec une maquette et enfin, on part explorer un tout petit bout des fameux tunnels creusés à la main. L’on peut visiter aussi un temple qui sert de mémorial, où sont inscrits les noms de ceux qui ont donné leur vie pour le pays.

En France, j’ai eu l’occasion de faire mémoire de mes compatriotes qui se sont battus pour leur pays afin de trouver une certaine paix. Au Vietnam, je me retrouve d’une certaine manière dans le camp « adverse », où je trouve là aussi des hommes qui se sont battus pour leur pays afin de trouver une certaine paix. La plupart des hommes veulent vivre en paix, mais à cause de l’orgueil de quelques-uns, c’est l’humanité entière qui sombre dans le chaos… Quel gâchis… Je vous invite vraiment à visiter les 2 côtés d’un conflit et à comprendre ce qui s’est passé, c’est très émouvant et me rappelle combien l’homme est fait pour le bien.

Tous les tours opérateurs proposent cette sortie d’une demi-journée moyennant 100 000 dongs pour le transport en bus. Mais pour ceux qui ne veulent pas faire comme la plupart des touristes, économiser de l’argent et prendre son temps sur place, c’est possible d’y aller en bus local depuis Ho Chi Minh City : bus 13 (ben xe Cong Vien 23/9 – Cu Chi) puis bus 79 (Cu Chi – Dau Tieng, arrêt Ben Duoc Tunnel) pour 26 000 dong aller-retour. Une belle économie, non ?

Da Lat

Tay Ninh

Cette ville est située à 96 km au nord-ouest d’Ho Chi Minh City, est le lieu source de la religion Cao Dai. Tous les tours opérateurs proposent d’y aller en passant par les tunnels de Cu Chi, mais c’est aussi possible d’y aller en bus local. Ayant bien pris mon temps aux tunnels de Ben Duoc, je n’avais pas envie de faire 80 km supplémentaires juste pour visiter un temple trop rapidement.

La première fois que j’ai découvert un temple Cao Dai, c’était à My Tho. Vu de l’extérieur cela ressemble à une église (voire une cathédrale) avec 2 tours surmontées d’une croix gammée. Lorsque l’on rentre à l’intérieur, il y a un panneau qui explique les 3 saints, et l’on découvre aussi la présence de Jésus. Il n’y a pas de chaises, mais des coussins pour s’asseoir et l’on prie en face d’un œil dans un triangle. Les couleurs des murs du temple sont très colorés et l’on retrouve divers symboles issues des croyances orientales. Après une petite recherche sur internet, j’ai découvert une nouvelle religion : le caodaïsme ; que je vous présente ci-dessous (oui, j’enrichis votre culture et votre intelligence).

Le caodaïsme

En bref : né le 28 février 1878 à Tay Ninh, M. Ngo Van Chieu, était un pratiquant du bouddhisme, du taoïsme et du confucianisme. En marge de son travail dans l’administration, il pratiquait aussi les réunions de spiritisme. Un jour de 1921, il entrait en communication avec un esprit qui se désignait sous le nom de « Cao Daï », et lui demanda de le représenter sous la forme d’un œil (dans un triangle). La religion fut instituée le jour de Noël 1925.

Le caodaïsme adopte les Règles morales du bouddhisme concernant les 5 interdictions (ne pas voler, ne pas tuer, ne pas commettre d’impureté, ne pas mentir et ne pas boire d’alcool), il enseigne le détachement vis-à-vis du monde et l’humilité du taoïsme et adopte la sagesse de l’islam. Le caodaïsme adopte aussi la bonté enseignée par Confucius et le christianisme est reconnu comme une religion d’amour. Le Christ sert de trait d’union entre le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme. Et enfin, le caodaïsme reste fidèle aux cultes antiques dont celui des ancêtres (culte rendu aux membres décédés de la famille pratiqué (entre-autre) par les animistes).

S’inspirant de plusieurs religions et croyances, le caodaïsme se veut être « la grande religion universelle » et celle qui a reçu la troisième révélation de l’Etre Suprême. La première révélation a été faite à Moïse, aux prophètes de la Bible et à Fou Hi (ancien empereur légendaire de la Chine), la deuxième révélation à Cakyamuni, Lao Tseu, Confucius, Jésus-Christ et Mahomet et la troisième révélation aux fonctionnaires vietnamiens de l’administration de l’ancienne Cochinchine.

Le caodaïsme est composé de religieux (les dignitaires qui observent les vœux de pauvreté, de chasteté, d’obéissance et de frugalité dans le célibat), de médiums (des auxiliaires qui reçoivent les messages des esprits et les transmettent aux fidèles) et des fidèles.

La direction de la religion est faite par le corps exécutif (pape, cardinaux, évêques, prêtres, diacres, fidèles), le corps législatif (qui détient le pouvoir législatif et à compétence de toutes les questions dogmatiques relatives aux rapports entre le Ciel et l’homme) et le corps administratif.

Le caodaïsme a été reconnu comme une religion par le gouvernement vietnamien dans les années 1990.

Pour en savoir plus, lisez le livre « La tradition religieuse, spirituelle et sociale au Vietnam » de Joseph Nguyen Huy Lai  (c’est de son livre que j’ai repris des extraits) et visitez le site officiel traduit en français.

Voir les photos de Ho Chi Minh City et de la région sud.

< Précédent | Suivant >

Tags

2
Poster un Commentaire

avatar
500
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Marcnguyen Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
nguyen
Invité
nguyen

je suis tombée sur ce blog par hasard.
La démarche est intéressante et enrichissante.
Merci pour les conseils pratiques et économiques:)