Népal – Mini mission à Kathmandu

Bienvenue au Népal (Dimanche 13 septembre – jeudi 8 octobre 2015)

Me voici de retour au Népal pour la 3ème fois, où j’y suis resté 1 mois. L’objectif était de demander simplement un nouveau visa pour l’Inde et de continuer à rendre service sur Kathmandu.

Patapur Ilam

Ayant traversé la frontière à Kakarvitta (extrême est du Népal), je me suis posé la première semaine à Patapur Ilam, chez Fr Robin, retrouver les villageois et profiter de la beauté de la nature. Je me suis donc retrouvé au milieu des rizières, des champs de maïs, des chants des oiseaux… le tout dans un paysage luxuriant. Bref, ça m’a fait un bien fou avant d’aller affronter le bruit et la pollution de Kathmandu. J’ai aussi retrouvé la vie népalaise (bien différente de l’Inde) et entre autre ses grèves à répétition et ses coupures de courant : la nuit, l’Inde est toujours éclairé, le Népal lui disparaît dans le noir…

Kathmandu

En revenant dans la capitale, j’ai donc repris mes points de repères et retrouver aussi des visages rencontrés lors de ma dernière visite. 5 mois après le tremblement de terre, l’aide humanitaire à complètement disparue, il n’y a plus aucun logement provisoire à Kathmandu (toutes les tentes ont été démontées) et les gravas enlevés. Par contre, je ne suis pas revenu sur les sites historiques rouverts au public.

Nouvelle Constitution

J’ai fêté très modestement, en déposant au sol un cierge allumé, l’accueil de la nouvelle Constitution du pays le 20 septembre 2015 (3 ashoj 2072 selon le calendrier népalais), mainte fois reportée depuis l’abolition de la monarchie en 2008 (la dernière Constitution date de 2007). Le Népal entre dans une nouvelle étape de son histoire, c’est qui est un pas énorme compte tenu de la situation politique très tendue depuis des années ; car il a fallu trouver un compromis en tenant compte des désidératas de toutes les tribus et des partis politiques. Malgré cette joie (90% de la population l’accueille favorablement), certains mécontents (y compris des étrangers) l’ont fait savoir en posant des bombes, en détruisant des bus et en bloquant les frontières (entre autres). Du coup, l’économie du pays s’en est trouvé affecté à tous les niveaux, allant presque jusqu’à la pénurie de pétrole dans la capitale ; certains ont attendu plusieurs jours pour avoir quelques gouttes de pétrole. Par contre, les transports en commun sont prioritaires, ce qui fait que l’on peut se déplacer même sur les longues distances car les stations services près des postes frontières sont ravitaillées.

Pour rappel : le Népal importe 60% de la marchandise de l’Inde ainsi que tout le pétrole. Et enfin, certains en ont profité pour manifester afin de demander le rétablissement de la monarchie et d’autres pour demander l’arrêt des grèves ! On ne s’ennuie jamais au Népal.

Avec tous ces évènements, j’en ai donc profité pour lire la nouvelle Constitution et découvrir un peu mieux la vie du pays. C’est très intéressant. En fait, elle complète celle de 2007 qui introduisait déjà la démocratie, l’égalité des droits dans tous les domaines (éducation, logement, nourriture, travail…) et la liberté de culte de toutes les religions avec interdiction de conversion (avant c’était une monarchie et une nation hindoue). Le changement majeur apporté est la redécoupe du pays en 7 provinces au lieu de 6, chaque province ayant un fonctionnement autonome (comme en Inde ou au Etats-Unis). Avoir une Constitution c’est bien, encore faut-il qu’elle soit appliquée et respectée ; ce qui nécessite que la justice fasse son travaille en toute impartialité. Et là, je pense que cela prendra encore un certain temps. Pour les curieux, retrouvez la Constitution sur cette page (utiliser la version normale du site internet, pas la version mobile).

Kathmandu

Mini mission

J’avais souhaité continuer de rendre service là où j’étais la dernière fois et visiter les villages. Maintenant qu’il n’y a plus d’urgence, les aides sont plus limitées, ce qui fait que je n’ai pas pu continuer avec l’équipe de l’hôtel Alobar 1000. Après mon court passage à Kolkata, chez les sœurs Missionnaires de la charité, j’avais appris qu’elles avaient aussi une maison à Kathmandu, dans le quartier de Pashupati (temple hindou où ont lieu les crémations). Je suis allé leur rendre visite et aussi les aider dans leur apostolat.

Lorsque je me promenais dans les rues de la capitale, j’avais remarqué que peu de personnes vivent dans les rues, ce qui peut laisser supposer que la misère est limitée. Mais en fait, le vrai visage du Népal se dévoile non seulement en discutant avec les Népalais, mais surtout en allant les rencontrer là où ils vivent (ex. : les villages, les orphelinats…). C’était ainsi une occasion pour moi de découvrir des réalités que ne l’on voit pas de l’extérieur.

Les sœurs aident dans un centre social qui accueille des femmes en difficultés et dans un autre centre social qui comprend des hommes et des femmes. C’est dans ce 2ème centre que j’ai aidé. Les centres appartiennent à l’Etat, c’est donc lui qui finance tout. Les sœurs aident bénévolement chaque matin (~3h) à refaire les lits, nettoyer les chambres, faire la lingerie et la vaisselle. J’ai donc fait cela ainsi que d’autres bénévoles étrangers de passage (tout le monde est accueilli). Les centres accueillent les plus pauvres, qui n’ont absolument rien d’autre pour vivre et qui ont des infirmités. En gros, c’est rester « enfermé » dans un centre et être nourri, logé et soigné ou bien c’est la rue. Lorsque je dis « enfermé », c’est parce qu’en général personne ne sort à l’extérieur (ne le veulent pas ou ne le peuvent pas). Lorsque quelqu’un est accueilli, c’est un choix libre et personnel. L’aide est très simple, se fait dans la bonne humeur, et c’est une vraie joie de se donner gratuitement par amour pour son prochain (c’est tout le message chrétien que nous a enseigné Jésus). Les résidents ne parlent pas anglais, aussi la conversation orale n’existe pas. Par contre, elle se fait avec des sourires et des gestes attentionnés. Bref, plus que des paroles, ce sont les actes qui qualifient une vraie rencontre.

Au final, je n’ai aidé que 3 fois 3 heures ; ce qui est très peu. J’aurais aimé rendre service plus longtemps mais à cause de divers facteurs (grève, visa, messe…), je n’ai pas pu faire autrement. Ce fut donc une mini mission.

Fin de ma visite au Népal

Normalement, il n’y a pas besoin de motiver sa demande pour un visa touriste indien inférieur à 6 mois. Mais cette fois-ci, j’ai dû écrire une lettre et expliquer pourquoi je naviguais entre l’Inde et le Népal depuis 1 an. Malgré une petite frayeur, l’ambassade de l’Inde ma accordé un 4ème visa de 3 mois (soit un cumul de 15 mois !). Ouf, cela me laisse le temps de finir de visiter le nord-est de l’Inde. J’ai donc retraversé à la frontière à Kakarvitta.

Je dis aussi au revoir au Népal, car je ne pense pas revenir une fois ma visite de l’Inde terminée. Au final, j’y ai passé près de 5 mois. C’est un pays que j’aime beaucoup et que je vous invite à découvrir. J’espère que j’aurais l’occasion d’y revenir un jour.

Voir les photos des régions est, centre et ouest du Népal.

< Précédent | Suivant >

Tags

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
500
  Subscribe  
Me notifier des