Inde – Visite de Mumbai

Mon désir de prendre un temps de vie à l’étranger au service de son prochain se concrétise. Enfin, simplement par le fait de prendre un billet d’avion pour Mumbai en Inde. Ayant beaucoup de mal à trouver des projets locaux étrangers à partir de la France, je me lance donc à l’aventure sachant qu’il me sera plus facile de trouver sur place ce que je désire faire. Je pars donc sans projet précis avec l’aide de la Providence. Je perçois que c’est difficile pour certains d’entre vous de partir sans avoir des choses bien précises, bien maitrisées… Le Seigneur nous dit bien :  » Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?  » (Mt 6,26) et aussi «  Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?” Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. » (Mt 6,31-32) Fort de cela, je pars en confiance.

J’arrive donc le 1er juillet 2014 vers 12h30 à Mumbai via un transit à Jeddah et un retard de 5 heures sur l’horaire prévu. Bienvenue en Asie, où la notion du temps n’est plus la même qu’en France. Une Française a raté sa correspondance, je l’aide donc avec un Indien à lui trouver un autre vol car la compagnie aérienne responsable du retard n’a pas l’air de vouloir l’aider correctement (en fait elle s’en moque). C’est mon premier service que je rends. C’est la première fois que je voyage aussi loin dans un pays radicalement différent du mien. En traversant les rues pour aller prendre le train, je découvre peu à peu Mumbai et surtout la vie quotidienne des indiens. Ce que je vois ne me surprend pas plus que cela (je reviendrai là-dessus dans un autre article), ce sont surtout les indiens qui me regardent amusés avec mon sac à dos (tiens celui là n’est pas du pays). J’arrive donc à ma guest house le soir qui est celle tenue par la Salvation army (Armée du salut), la moins chère de Mumbai qui est la ville la plus chère de l’Inde. Le soir, je me promène sur les quais et commence à discuter librement avec un Indien qui souhaite me faire visiter Mumbai autrement qu’un guide touristique classique. Pour me rassurer, il me montre un gros cahier de témoignages de ceux qui ont choisis ses services. Après tout pourquoi pas, je me laisse convaincre. Entre temps, un policier qui nous observe depuis un moment est venu mettre fin conversation et nous sépare. Je n’ai plus revu cet Indien…

Envie de gagner un peu d’argent ? C’est possible d’être embauché pour avoir un petit rôle dans un film bollywood (mon deuxième jour sur place). Oui, oui, les producteurs aiment bien les occidentaux, ça leur fait de la main d’œuvre pas chère, et pour nous d’apparaître peut-être dans le film si la scène est retenue. J’ai donc pu entre-apercevoir le tournage d’une scène et la bonne ambiance qui y règne. Cela prend la journée complète, tout est pris en charge (transport, repas, costumes…). Cela me fait donc une journée sans dépense. Un bus fait la tournée pour ramasser les backpackers, ce qui m’a permis de découvrir Mumbai gratuitement. Ce jour là, nous avons passé toute la journée à attendre (plus de 10h au sous sol d’un l’hôpital). Certains ont eu 2-3 scènes à jouer, d’autres comme moi une (et ça peut arriver de ne rien avoir à faire). Et oui, nous sommes là au cas où pour les besoins du film. La consolation si l’on reste jusqu’au bout est de gagner 500 roupies qui nous sont donné au retour dans le bus. Cela dit, j’ai pu avoir une bonne rencontre avec un français et une française sur les sujets d’actualité en France. Après cette longue journée, repos le lendemain car j’étais trop fatigué.

L’inde est réputé pour sa bonne cuisine très épicée, surtout celle qui est vendue dans la rue. Je me suis laissé tenter et c’est vrai que c’est bon. J’ai goûté à la fameuse food street, mon estomac ne l’a pas supporté, et j’ai attrapé la diarrhée. Avec le recul, c’est possible d’en manger à condition que ce soit cuisiné devant vous (donc cuit et chaud). J’ai donc commencé à prendre les médicaments emportés avec moi et à ne manger que du riz blanc. 2 jours de repos supplémentaires complets pour essayer de récupérer. Durant ce temps, j’ai installé les antivirus sur les ordinateurs de la Salvation army, qui n’en étaient pas équipés et qui contenaient des virus (j’ai perdu le contenu d’une clé usb). Etant à côté de la cathédrale, j’ai pu avoir la messe tous les jours. Au final, je n’ai pratiquement rien visité de Mumbai (et je n’ai pratiquement rien loupé non plus, la ville étant d’un intérêt limité). Dimanche 6 juillet, je mange un plat de riz vers 12h puis départ pour Hampi en train via Guntakal et Hospet pour 24h de transport ! Les médicaments n’ayant pas d’effets notables, j’ai donc arrêté le traitement.

Voir les photos du Maharashtra.

Suivant >

Tags

Poster un Commentaire

avatar
500
  Subscribe  
Me notifier des